Quentin Thiry fait partie de ces personnes que l’on croise tous les jours dans l’atelier de NO-NAIL BOXES mais dont on ne soupçonne pas la passion qu’il développe en dehors du travail. Découvrez son portrait.

Après des études de qualification dans l’industrie bois à l’ICET de Bastogne (Belgique), Quentin Thiry rejoint NO-NAIL BOXES en 2012. Il travaille dans le secteur palette de l’atelier et réalise donc des palettes sur-mesure et spécifiques en fonction des demandes de nos clients. Mais quand il rentre chez lui après sa journée de travail, une deuxième journée commence. Il s’adonne à sa passion : la bière !

Tout a commencé par une collection de capsules. « J’ai commencé par faire le tour des bières les plus vendues. J’en ai ensuite achetées dans des magasins spécialisés, puis sur internet. Après avoir goûté environ 900 bières issues des quatre coins du globe, j’ai voulu aller plus loin… », déclare Quentin Thiry.

 

Pour savoir de quoi et comment ces breuvages étaient confectionnés, il suit deux années de cours du soir en micro-brasserie à l’IFAPME d’Arlon. Dès 2015, Quentin commence à brasser pour son plaisir dans des seaux de 15 litres. Il perfectionne une ambrée un peu moelleuse, « La Verrat ».

En 2017, pour une fête locale, on lui demande de produire 150 bouteilles. Il s’est vite rendu compte que ça lui prendrait du temps avec des seaux de 15 litres. Après discussion avec des amis, ils se décident à acheter une cuve d’occasion de 800 litres. Les tests et les démarches administratives s’enchainent pour, un an plus tard, acheter du nouveau matériel et obtenir l’autorisation de brasser !

« Je possède aujourd’hui une cuve de brassage de 800 litres, 2 cuves de fermentation de 900 l, Une cuve de filtration et une cuve de garde de 600 l. Je brasse actuellement la « Big V », une blonde IPA houblonnée aux notes d’agrumes, à raison de 350 litres par brassin. », nous confie Quentin.

D’ici peu l’objectif de Quentin et de sa « Brasserie du Soquet », du nom d’un lieu-dit à Rosières (Vaux-sur-Sûre, Belgique), est de passer à trois voire quatre brassins tous les 2 mois : « De la sorte, je pourrai continuer à produire la Big V, relancer la Verrat et peut-être même produire un stout ! », conclut-il.

No-Nail Boxes logo print version